Documents officiels

institutions internationales

Historique du genre dans les institutions  jusque 2011

http://aes-france.org/?Le-gender-dans-les-institutions

les standards de l'éducation sexuelle selon l'OMS

oms-standard-education-sexuelle.pdf oms-standard-education-sexuelle.pdf  - pris comme référence dans le projet de loi présenté à Bruxelles (comm. ESTRELLA)  rejeté à 7 voix le 21 décembre 2013.  Les promoteurs de ce projet ont prévu de le présenter de nouveau dans quelques semaines/mois, à suivre sous la nouvelle dénomination de rapport LUNACEK.  Consulter les pages 38 et suivantes (où l'on indique qu'il faudrait parler de la masturbation aux enfants à la maternelle)

 

 

INSEE - LES CHIFFRES DE L'EMPLOI selon le sexe

Le discours actuel étant centré sur l'égalité professionnelle, voici les éléments de l'INSEE permettant de se faire une idée ( accessibles sur internet à partir d'une recherche simple 'INSEE emploi hommes femmes').

Les documents ci-après parlent du taux d'emploi, des métiers et des parcours professionnels. Ils n'évoquent pas les rémunérations (il existe des études, mais cet aspect est plus compliqué à analyser).

Un tableau nous paraît particulièrement intéressant, c'est celui qui montre la part des femmes par métier selon l'ancienneté de leur parcours depuis la fin des études: c'est ainsi qu'on voit arriver une très forte proportion de femmes parmi les "débutantes" dans des métiers d'ingénieurs (39%), de l'information (76%), du droit, de la médecine (59%), dans l'armée etc. Des métiers qualifiés et variés.  La féminisation est donc en marche (voir l'évolution très importante dans les colonnes de droite du tableau ci-dessous).

En revanche, il y a toujours peu de femmes (relativement aux hommes) bûcherons, agricultrices, ouvrières dans la métallurgie etc.

C'est cette vue dynamique qui est pertinente, et non un instantané basé sur une moyenne.

Jusqu'où voulons-nous la parité ? et que vont faire les garcons de cette génération ?

 

Insee note taux d emploi h f 2 (77.41 Ko)

Insee parcours metiers hommes femmes 2 (192.35 Ko)

Insee repartition des metiers hommes femmes 2 (109.86 Ko)

Revendications LGBT

Communiqué de Presse de l'Inter-LGBT  2/04/2014

Journée Internationale de la visibilité Trans: l'Inter-LGBT demande aux medais de faire preuve de respect à l'égard des personnes trans:

Le 31 mars a eu lieu la journée internationale de la visibilité trans (TDOV) qui a pour but de promouvoir la visibilité des transidentités, dans une société encore marquée par de nombreux préjugés à l’égard des personnes trans. A cette occasion l’Inter-LGBT dénonce les propos transphobes trop souvent relayés par les médias et souhaite encourager les bonnes pratiques.

Ainsi, nous condamnons fermement les propos de la psychanalyste Claude Halmos dans le numéro de mars 2014 de Psychologies Magazine. A la question de Lucie, 6 ans : « Je veux devenir garçon. Pourquoi ce n’est pas possible ? », Claude Halmos répond « Tu ne peux pas devenir un garçon Lucie, parce que tu es née, comme ta mère, dans un corps de fille. […] Cela fait partie des limites que la vie nous impose. Elles peuvent nous mettre en colère parce que nous aimerions n’en avoir aucune et pouvoir réaliser tous nos désirs et accomplir tous nos rêves. […] Et voler comme les oiseaux et nager comme les poissons. On aimerait bien, mais ce n’est pas possible. »

 

la suite de l'article:

 

Le cas très particulier du programme des ABCD de l'Egalité du point de vue légal

http://www.ensmp.net/2014/06/12/decryptageABCD/mp3/20140612decryptageABCD_Anne-Marie_Le_Pourhiet.mp3

 Voici un exposé d'une juriste spécialiste de droit public, qui explique comment le programme ABCD de l'égalité n'est pas traité commes les autres programmes scolaires.

Eduquer contre l'homopobie dès l'école primaire

, rapport-remis-a-v-peillon.pdf rapport-remis-a-v-peillon.pdf   193 pages.  Pour se faire une idée: l'histoire/mise en scène de "grosse patate" destinée aux enfants de CM1 / CM2 p100.

le tract de démenti de Najat Vallaud Belkacem

ABCD- Grille d'auto-évaluation donnée aux enseignants

Loi Taubira sur 'le mariage et l'adoption pour tous'

cf le texte de loi

http://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000027414540&dateTexte=&categorieLien=id

 

une loi qui va bien au-delà du simple aspect de l'union entre 2 personnes, voir ici l'analyse juridique produite par Les Associations Familiales Protestantes:

http://www.afp-federation.org/index.php/notre-bibliotheque/dossier-famille/267-analyse-juridique-de-la-loi-et-de-ses-complexites

 

Résolution européenne LUNACEK - analyse

Après le rejet du "rapport ESTRELLA" le 21 décembre 2013 ( qui avait généré 2 millions de pétitions contre lui), les partis se sont mis d'accord sur un texte dit "rapport LUNACEK"  qui a été voté le  4 février 2014...

Synthèse par Elisabeth Montfort, ancien député européen

L’auteur de ce rapport d’initiative est l’autrichienne Ulrike Lunacek, vice-présidente de l’Intergroupe LGBT du Parlement européen. Son rapport n’est ni plus ni moins qu’un texte de revendications préparé par l’Inter LGBT-Europe pour la commission Liberté et Droits des citoyens.

Le titre lui-même reprend une étude du Parlement européen, présenté par le département Droits de l’homme et Affaires constitutionnelles, intitulé « Vers une feuille de route de l’UE pour l’égalité fondée sur l’orientation sexuelle et l’identité de genre ». De nombreux passages de cette étude sont issus des revendications d’ILGA-Europe (LGBT-Europe).

Favoriser les revendications du lobby gay

Le rapport d'Ulrike Lunacek « invite les États membres à réfléchir aux moyens d'adapter leur droit de la famille aux changements que connaissent actuellement les structures et les modèles familiaux » et à « inclure la possibilité que les enfants aient plus de deux parents (tuteurs légaux). Objectif : « [Ouvrir] la voie à une meilleure reconnaissance des familles arc-en-ciel ».   (NDLR: si plus de 2 parents  --- > mères porteuses)

Le texte demande aux États membres de « garantir l'accès des femmes célibataires ou lesbiennes aux traitements de procréation médicalement assistée » et de « favoriser un enseignement objectif des questions concernant l'orientation sexuelle, l'identité de genre et l'expression du genre ».

Une pétition contre le rapport  a été signée par 215.000 personnes. Les signataires craignent que le texte fasse effectivement « l'objet d'une utilisation orientant les États membres vers la légalisation du mariage, de l'adoption, de la procréation médicalement assistée et de la gestation pour autrui (mères porteuses) pour les couples de même sexe ».

11 États sur 28

Bien que le rapport Lunacek soit un rapport d’opinion, il a le mérite d’indiquer la position de la majorité des députés européens à quelques semaines de leur réélection. Mais il marque la première étape avant l’adoption d’un texte contraignant. Il a été soutenu par les principaux groupes du Parlement européen : Parti populaire européen (PPE), Socialistes et Démocrates (S&D), Alliance des Libéraux et Démocrates pour l'Europe (ALDE), Verts et Gauche unitaire européenne-Gauche verte nordique (GUE/NGL).

Ce rapport « condamne fermement toute discrimination fondée sur l'orientation sexuelle ou l'identité de genre ». Certes, l’Union européenne se doit de lutter contre toutes les discriminations (art. 10 du Traité de l’Union), et rien ne peut justifier une quelconque discrimination à l’égard de quiconque. Mais le rapport Lunacek va au-delà. Son rapporteur prétend que les États membres sont d’accord pour adopter une stratégie contre l’homophobie et la discrimination fondée sur l’orientation sexuelle et l’identité de genre. Or aucune majorité des États membres n’a jamais exprimé cet accord. Seulement 11 États sur 28 se sont exprimés en faveur d’une telle feuille de route, ce qui est loin de faire une majorité.

La Commission européenne a d’ailleurs répondu que des actions étaient déjà mises en œuvre pour garantir l’égalité quelles que soient l’orientation sexuelle et l’identité de genre (selon l’exposé des motifs du rapport Lunacek).

Réduire les personnes à leur sexualité

Au motif de lutter contre les discriminations, ce rapport a pour but de faire avancer la cause des LGBT non pas en tant qu’homme ou femme, mais selon « l’orientation sexuelle ou l’identité de genre », c'est-à-dire en tant qu’« individu LGBT ».

Identifier une personne par une initiale a quelque chose de terriblement choquant. Réduire des personnes à leur sexualité ou à leur orientation sexuelle est terriblement stigmatisant. Enfin, définir des droits fondamentaux sans prendre en compte la personne dans son intégralité est contraire à notre conception des droits de l’homme, car elle conduit à organiser la société par catégories ou communautarismes.

Le lobby LGBT prétend lutter contre les inégalités en changeant de paradigme : en remplaçant la distinction homme/femme par hétérosexuel/homosexuel. Or la distinction homme/femme permet de considérer la personne dans son unité et son intégralité, au-delà des choix et des manières de vivre. Si bien que la véritable égalité ne se trouvera jamais dans un nouveau catalogue de droits dits-fondamentaux, mais dans un changement de regard sur ces personnes et dans le respect de ce qu’ils vivent.

Car l’homophobie n’est pas le refus des revendications du lobby LGBT, mais « tout acte ou toute parole de violence à l’égard d’une personne, en raison de son homosexualité ».

Le principe de subsidiarité méprisé

En outre, ces « nouveaux droits » concernent des domaines qui relèvent de la compétence des États membres (droit de la famille, éducation, santé, citoyenneté, asile, travail….).

Tout ceci montre que le lobby LGBT (ILGA-Europe) considère le Parlement européen comme un lieu stratégique pour faire avancer ses causes et obtenir des modifications du droit européen et des droits nationaux, au mépris du principe de subsidiarité.

 

 

Résultat des votes français sur le rapport Lunacek

Le groupe EFD, où siège Philippe de Villiers, avait déposé une résolution alternative qui vidait le texte de sa substance. Elle a été rejetée.

Le PPE avait proposé une autre résolution qui, tout en reprenant l’essentiel du texte, a ajouté le respect de la liberté d’expression. Les députés français du PPE (UMP et UDI) ont finalement voté contre cette résolution, après l’avoir soutenue en commission (M. Cavada et Mme Striffler ont voté pour, M. Danjean s’est abstenu. Mmes Le Brun et de Veyrac et M. Ponga étaient absents).

Les députés NI (FN) ont voté contre (M. Le Pen était absent).

Les députés libéraux ALDE (Modem) ont voté pour.

Les députés européens socialistes, verts et communistes ont soutenu le rapport Lunacek.

LaFeuille de route de l'UE contre l'homophobie et les discriminations fondées sur l'orientation sexuelle et l'identité de genre  (Rapport Lunacek)

 

***

Résolution européenne LUNACEK - le texte

Voici le lien vers la résolution européenne de lutte contre l'homophobie et les discriminations de genre - adoptée le 4/02/2014

qui reprend le projet ESTRELA qui avait été rejeté au Parlement européen le 21 décembre (à 7 voix près)

http://www.europarl.europa.eu/sides/getDoc.do?pubRef=-%2f%2fEP%2f%2fTEXT%2bREPORT%2bA7-2014-0009%2b0%2bDOC%2bXML%2bV0%2f%2fFR&language=FR#title4

extrait du contenu de la résolution:

  • Propagande auprès de la jeunesse dans l’éducation (au point D i)) ;
  • Imposition du mariage homosexuel à tous les États membres (au point H iv)) ;
  • Liberté de promotion de l’homosexualité, « gay pride » et autres (au point I) ;
  • Criminalisation de toute critique rebaptisée « discours de haine » (au point H) ;
  • Droit d’asile politique accordé aux LGBTI non-européens (au point K).

à propos de la multi parentalité

parentalité: vocable inventé pour légitimer la situation des "parents" de même sexe; on devrait dire parenté.


cf rapport NOICHL, ESTRELLA,